Les pages de notre amour (2004)

Qui n’aime pas les histoires d’amour? Que ce soit notre plaisir coupable ou encore l’une de nos oeuvres romantiques préférées, Les pages de notre amour de Nick Cassavetes est un incontournable. Après tout, il met en vedette deux grandes vedettes ontariennes qui ont une brillante carrière à Hollywood : Rachel McAdams et Ryan Gosling. Plus encore, la scène de guerre a été filmée tout juste à l’extérieur de Montréal, en plein hiver, avec une équipe locale.

Inspirée du célèbre roman de Nicholas Sparks, l’histoire est celle d’un vieillard, Noah (James Garner), qui lit à son épouse atteinte d’Alzheimer, Allie (Gena Rowlands, la mère du réalisateur), le récit de leurs 60 années de vie commune afin que la flamme ne s’éteigne jamais entre eux malgré la perte de mémoire associée à la maladie.

C’est par l’entremise de ces allers-retours dans le passé que McAdams et Gosling entrent en scène en campant respectivement la « jeune » Allie, une fille d’une riche famille, et le « jeune » Noah, un ouvrier peu fortuné. Ces tourtereaux s’aiment plus que tout en dépit de leurs différences et différends.

Bien qu’il présente parfois certains clichés (comme la scène du fameux baiser sous la pluie entre Allie et Noah), Les pages de notre amour fait du bien à l’âme. En plus d’avoir une direction photo élégante, il met de l’avant des thèmes forts : la lutte entre les classes sociales, la fidélité et l’amour triomphant. Touchant et romantique à souhait, il a conquis le coeur de plusieurs spectateurs aux quatre coins du monde, engrangeant ainsi 115,6 millions de dollars au box-office mondial.

Si ce n’est pas déjà fait, c’est à notre tour de succomber à la tentation de le (re)voir.

 

 

Évaluation par Édith Vallières

Distribution:

Gena Rowlands, James Garner, Rachel McAdams, Ryan Gosling

Type:

Films

Collections:

Adaptation de roman, Superproductions / films à succès

Lien avec le Canada

Mettant en vedette Rachel McAdams et Ryan Gosling, nés tous les deux au St. Joseph’s Hospital à London, en Ontario.
L’équipe a décidé de tourner quelques scènes au Québec, car le français est, selon elle, la langue de l’amour par excellence.
Plusieurs artisans d’ici chevronnés ont travaillé sur le plateau montréalais, dont les maquilleuses Nicole Lapierre (Iris pour La Bolduc) et Catherine Lavoie (Phénix noir, Midway.

Afficher plus de suggestions