J’aime les filles (2016)

Bédéiste et cinéaste d’animation d’origine abénaquise Diane Obomsawin (alias Obom) s’est inspirée de son propre roman graphique J’aime les filles (traduit en anglais par On Loving Women) pour réaliser ce court-métrage de huit minutes qui aborde la découverte de soi, l’amour entre personnes de même sexe et la jeunesse.

L’histoire est celle de quatre femmes qui décrivent leurs premières histoires d’amour et les répercussions que celles-ci ont eues sur leur vie. Il y a tout d’abord Charlotte qui vit son premier béguin au camp ; Mathilde qui tombe amoureuse des femmes qui lui rappellent les chevaux ; Marie qui a donné son premier baiser à la blonde de son frère, et Diane qui a découvert sa sexualité à travers le film Women in Uniform.

Même si les histoires sont courtes, elles explorent de nombreux thèmes qui touchent un large public, dont l’amour non réciproque, les relations familiales et l’éveil sexuel.

Par ailleurs, ce film apporte un contraste fort intéressant : bien que la narration soit sérieuse et se concentre principalement sur les sentiments suscités par les souvenirs des protagonistes, l’animation est particulièrement minimaliste et humoristique.

Plus encore, les personnages sont anthropomorphes pour représenter les femmes en général, sans aucune discrimination.

Pour toutes ces raisons (et bien d’autres), il est donc facile de donner la mention « J’aime » à J’aimes les filles!

Évaluation par par Lindsay Gibb (inspirée par le texte écrit en anglais)

Disponible sur:

Type:

Films

Collections:

Héroïnes féminines, LGBTQ2S+

Lien avec le Canada

Écrit et réalisé par Diane Obomsawin, qui réside à Montréal.
Le titre J’aime les filles fait référence à la chanson de Jacques Dutronc, qui est une icône de la séduction.
Ce film a remporté le Prix Guy L. Côté du Meilleur film d’animation canadien.