C.R.A.Z.Y. (2005)

Bonne nouvelle pour les admirateurs du réalisateur québécois Jean-Marc Vallée! Après six ans d’absence (et beaucoup de succès), sa comédie dramatique C.R.A.Z.Y. redevient disponible en vidéo sur demande à la suite du renouvellement des droits musicaux des 25 chansons de sa trame sonore. Pour ajouter au plaisir, elle est offerte dans une version nouvellement restaurée.

Si certains aspects techniques de l’image et du son ont été modifiés afin qu’ils correspondent aux standards de qualité d’aujourd’hui, le contenu reste toujours le même. On suit l’histoire d’une famille québécoise de la classe moyenne des années 1970 composée de cinq enfants : Christian (Maxime Tremblay), Raymond (Pierre-Luc Brillant), Antoine (Alex Gravel), Zachary (Marc-André Grondin) et Yvan (Félix-Antoine Despatie). Voyant que Zac agit de manière à présager son homosexualité, le père de famille (le toujours très excellent Michel Côté) souhaite lui montrer « des choses de gars ». Il tentera par tous les moyens de « guérir » l’attirance de son fils pour les hommes, et ce, le plus souvent avec beaucoup de maladresse. Zac finira-t-il par renier sa vraie nature de peur de perdre l’amour de son père?

À travers cette touchante relation père-fils, le film pose un regard singulier sur l’adolescence, tout en parlant d’acceptation des différences, de discordances entre les membres d’une même famille et d’amours complexes. Ces thèmes principaux sont tous portés par des archétypes forts : une mère aimante, un père un peu bourru (mais fier de ses garçons!), un ado plongé dans une quête existentielle, des grands frères moqueurs…

Mais ce qui retire l’attention, c’est la bande sonore planante qui fait souvent écho aux sentiments que vivent les personnages. On y retrouve des classiques musicaux de tous les styles et horizons, dont Crazy de Patsy Cline, Emmenez-moi de Charles Aznavour, Space Oddity de David Bowie et Tout écartillé de Robert Charlebois.

Avec les années, ce drame psychologique salué par la critique et récipiendaire de 11 prix Génie et 13 prix Jutra a touché le cœur des spectateurs des quatre coins du monde. L’acteur principal, Marc-André Grondin, a notamment reçu des témoignages de gens qui avaient une famille similaire à celle du film. Une femme en Norvège lui a même avoué que sa mère cuisinait des grilled cheese comme la mère à l’écran (Danielle Proulx).

Alors, ce serait tout simplement crazy de ne pas (re)découvrir ce grand classique du cinéma québécois qui n’a pris aucune ride. Surtout que les enjeux LBGT sont plus actuels que jamais dans la société.

Évaluation par Édith Vallières

Distribution:

Danielle Proulx, Marc-André Grondin, Maxime Tremblay, Michel Côté

Disponible sur:

Type:

Films

Collections:

LGBTQ2S+

Lien avec le Canada

Réalisé et coproduit par Jean-Marc Vallée de Crazy Films. Librement inspiré de la vie du coscénariste François Boulay.
Une grosse portion du film a été tournée au Québec. Certaines scènes ont cependant comme décor les villes de Jérusalem, Tel-Aviv et le désert du Maroc.
Le film a également été sélectionné pour représenter le Canada dans la course à l’Oscar du Meilleur film en langue étrangère en 2005.